Classes Préparatoires Aux Grandes Ecoles

Prépas Economiques et Commerciales, voie technologique

Les étudiants de la Prépa ECT vous parlent



Qaïs MEZIANE intègre l’EM LYON en 2017

La prépa sera sans doute l’une des étapes les plus déterminantes de ma vie que ce soit au niveau académique ou humain.
En effet vivre 2 ans au sein d’un groupe à un rythme scolaire assez poussé nous forme en tant que futur cadre/leader et en tant que personne responsable de ses choix.
La charge de travail est certes importante en prépa, mais elle est facilement supportable grâce au support quotidien des professeurs qui sont vraiment impliqués dans notre cursus et qui nous aident à traverser ces deux années. Deux années où on ne se coupe pas du monde forcément, on peut toujours sortir et garder nos passions : il faut juste savoir gérer son temps.
Pour finir, la prépa a besoin de beaucoup de motivation et de volonté si on veut en profiter réellement… et enfin, n’oublions pas que l’APHEC sera là pour animer votre vie étudiante.


Lakhdar MEDDAHI intègre l’EDHEC en 2017

Après avoir volontairement choisi la filière STMG, je me retrouvais enfin en prépa ECT. L’adaptation était dure, surtout au niveau du rythme de travail qui s’intensifie progressivement, mais on s’y fait au fil des mois.
Néanmoins pas de panique, l’équipe pédagogique est très présente et n’hésite pas mettre des dispositifs d’aide ou d’approfondissement en fonction de votre niveau (qui ne cessera de progresser).
A titre personnel, je trouve que la classe prépa ECT est assez unique car elle fait grandir et elle permet aux étudiants de faire ressortir le meilleur d’eux-mêmes. J’ai réellement apprécié l’enseignement et l’ambiance de travail : aimer ce que l’on fait est certainement la clé de la réussite, surtout en prépa.
Cette voie est exigeante certes, mais elle permet d’envisager des projets nouveaux et d’accéder aux meilleures écoles de commerce en France. La prépa ECT Roosevelt restera pour moi un souvenir positif d’une belle aventure, en espérant qu’elle devienne bientôt la vôtre.


Natacha BERRIER intègre NEOMA en 2017

La classe préparatoire ECT est une réelle opportunité pour les bacheliers STMG qui souhaitent continuer leurs études, aussi bien sur le plan personnel que professionnel.
C’est un réel tremplin vers une carrière offrant de nombreuses opportunités. Dans cette classe préparatoire vous serez très bien entouré par le corps professoral qui saura vous accompagner et vous guider dans vos différents choix pendant ces deux années et même au-delà.
Ce sont deux années certes de travail, mais de convivialité et d’entraide qui vont vous apporter un enrichissement personnel.
Je suis très fière à l’issue de ces deux années d’intégrer Neoma Business School, une école riche de plus de 140 ans d’histoire et de valeurs importantes, qui regroupe un réseau de plus de 55 000 diplômés dans le monde!


Wassima FETHANE intègre SKEMA Business en 2017

«La prépa c’est la voie royale pour un STMG » me disait ce professeur. Ses paroles raisonnaient dans ma tête depuis la seconde. Je ne comprenais pas forcément la pointe de mépris mais je savais que sa bienveillance envers nous et sa foi en nos capacités étaient réelles.
En terminale STMG on peut se perdre dans tous les choix qu’on nous demande d’assumer. Naturellement, la classe préparatoire est sujette à beaucoup d’appréhensions. Mais entre nous, avez-vous déjà rencontré un étudiant qui l’a regrettée ?
Ce sont surement les meilleures années de ma scolarité voire de ma vie. La richesse dans laquelle on nageait est sans égale. Je ne dis pas que c’était facile, il faut beaucoup de rigueur, d’implication et de confiance en soi. Les professeurs sont toujours là pour nous encadrer et nous soutenir si on a des difficultés. Les entrainements comme les examens ou les colles sont d’une valeur inimaginable, je dirais même que c’est un luxe, car c’est au concours qu’on s’en rend bien compte.
Cependant en prépa ECT, on n’est pas des taupes. J’ai pu rejoindre notre association Alumni PECT qui m’a donné une idée sur l’importance du contact à autrui mais aussi de ce sentiment d’appartenance qui demeure vital. De plus, l’association APHEC organise souvent des évènements pour animer la vie étudiante en prépa ! Le conseil que j’ai à vous donner c’est de vous surpasser ! Il faut se battre jusqu’au bout pour réussir. Et plus encore, ne jamais perdre confiance en vous. On est tous différents mais chacun de nous est singulier alors ne vous laissez pas abattre par les notes, l’enjeu est beaucoup plus important. Le concours en soi demande une masse importante de connaissances, mais il est tout à fait surmontable. Persévérez, mais lâchez prise par moment et vous trouverez vite votre rythme. Aujourd’hui, en intégrant SKEMA Business, je suis très satisfaite de mon parcours en prépa ECT à Roosevelt. Pourquoi pas vous ?


Hasnaa BOULTAME intègre AUDENCIA en 2017

Mon expérience en classe préparatoire est loin d’être banale.
En effet, je n’ai pas choisi la facilité… non seulement au niveau de mon parcours scolaire après le Bac mais aussi du fait d’avoir quitté mon pays d’origine et d’avoir donc eu à parcourir des kilomètres toute seule malgré mon jeune âge.
Mais heureusement à Reims, au lycée Franklin Roosevelt, je me suis faite une nouvelle famille. D’abord, grâce au corps enseignant qui nous encadre à merveille. Mais aussi grâce à l’ambiance de classe qui allie joie et solidarité. En bref, mon expérience a donc été très éloignée du cliché « esprit concours ».
Après l’obtention de mon baccalauréat, j’avais bien entendu des facilités dans certaines matières (Mathématiques…) mais j’ai pu appréhender les autres matières de manière à la fois sérieuse et plaisante.
Donc autant vous dire qu’en choisissant cette voie, se reposer sur ses acquis n’est pas conseillé, il faut redoubler d’efforts pour ne pas être rattrapé par la charge de travail qui peut être démotivante si on ne s’organise pas correctement.
En conclusion, je vous adresse un conseil : organisez-vous bien dès le début pour suivre un rythme sain.
Ne remettez pas tout au lendemain, et surtout faites de la BU et de la médiathèque votre deuxième maison.
Allez-y en groupe pour vous entraider, mais aussi pour vous motiver les uns les autres, cela est moins pénible qu’il n’y paraît.


Myriam ABAKRI intègre Grenoble EM en 2016

En sortant du lycée, et avant d’intégrer la prépa ECT au lycée Franklin Roosevelt, mes appréhensions étaient nombreuses. En effet cette formation nécessite une charge de travail conséquente et beaucoup de nouveautés, il ne faut donc pas avoir peur de voir ses notes chuter au départ et surtout ne pas baisser les bras !
De plus, on s’habitue très vite à ce rythme de travail et les professeurs sont présents afin de nous aider à surmonter nos difficultés et à toujours repousser nos limites. La prépa n’a rien d’insurmontable, avec du travail de la détermination et une pointe d’ambition, tout le monde peut y arriver. Il suffit de le vouloir et d’y croire !
Il est important d’appréhender les entrainements tout au long de ces deux années de manière très sérieuse afin d’être prêt à 100% lors des concours (véritable marathon !) Personnellement la prépa m’a beaucoup apporté, des connaissances théoriques bien sûr mais encore et surtout cela m’a permis de forger mon caractère et de prendre confiance en moi.
Ainsi, je recommande vivement cette formation qui est, à mon sens un véritable tremplin pour espérer intégrer les plus grandes écoles.


Laura MARTIN intègre l’ESC Dijon en 2016

La prépa ECT est la meilleure voie ouverte aux élèves de filière STMG. C'est une chance pour nous de pouvoir entrer dans une grande école de commerce.
Même si les semaines étaient chargées, il me restait du temps pour pratiquer du volley-ball en club après les cours. Mais j'ai aussi eu le temps et l'opportunité de lancer et faire vivre la nouvelle association d'anciens élèves "Alumni PECT" du lycée. Grâce à cette association, les anciens nous rencontrent et peuvent partager avec nous leurs expériences très motivantes !
Pas de surprises lors des concours nous sommes bien préparés et bien encadrés par nos professeurs. Après avoir passé des oraux dans plusieurs écoles, j'ai fait le choix d'intégrer l'ESC Dijon, l'école dans laquelle je me suis sentie le mieux. En bref, ces deux années m'ont fait grandir, elle sont intenses mais valent la peine d'être vécues ! Aujourd'hui je suis fière de mon parcours et très contente d'être admise à l'ESC Dijon


Sarah LIONNET intègre Kedge Business School Bordeaux en 2016

J'ai décidé de faire une CPGE ECT suite aux conseils de mes professeurs de terminale car je n'avais pas encore d'orientation professionnelle définie... Et je n'ai pas regretté de suivre leurs conseils !
En effet, en prépa, les professeurs sont très disponibles pour tous ceux qui veulent réussir. Ils sont aussi là pour nous soutenir dans les moments plus difficiles car ces deux années nécessitent un travail scolaire continu exigeant mais également un travail mental important. L'ambiance de la classe est également déterminante pour nous motiver à l'unisson.
Je pense qu’on a en prépa la chance de se sentir moins isolée qu'un étudiant inscrit en faculté... Ces deux années ont donc été très enrichissantes autant intellectuellement qu'humainement. En bref, l'atteinte de ses objectifs n'est d'abord qu'une question de volonté personnelle. On ne vise jamais trop haut car en prépa tout est possible si on le veut vraiment. J'ai ainsi la satisfaction d'avoir atteint mes objectifs en intégrant Kedge Business School à Bordeaux.


Maxime RIOU intégre NEOMA Business School Reims en 2016

Durant deux ans, la classe préparatoire ECT m’a permis de comprendre que même avec un bac STMG il est possible d’intégrer des grandes écoles de commerce en fournissant tout de même un travail important, sans pour autant que cela soit insurmontable.
En effet, au fur et à mesure la charge de travail devient une habitude et tout est mis en place autour de nous pour nous aider à maintenir un rythme de travail. Notamment, la mise en place de nombreuses colles et de nombreux DS nous permettent de réviser très régulièrement pour les épreuves écrites mais aussi de progresser à l’oral (grâce aux colles très importantes pour les oraux !).
Dans tous les cas la prépa m’a énormément apporté et je ne regrette pas du tout d’avoir choisi cette voie après mon bac.


Sophie BERTHELEME intègre l’INSEEC Bordeaux en 2016

La classe préparatoire est sans aucun doute la meilleure expérience de ma vie, c’est une voie exigeante mais tellement enrichissante qui demande du travail mais surtout de l’implication personnelle. Parfois les doutes nous submergent et la question de l’abandon se pose, cependant les professeurs avec qui nous entretenons une réelle relation (très importante dans ce genre de filière) sont toujours là pour nous tirer vers le haut.
Pour ma part j’ai su m’épanouir grâce aux associations, d’une part l’APHEC en étant organisatrice d’évènements, d’autre part en étant ambassadrice de l’Alumni Pect. Je me suis réellement découverte à travers ses associations et ne regrette en aucun cas mon importante implication dans celles-ci.
Très heureuse de pouvoir dire que j’ai fait une prépa et fière d’intégrer une belle école comme l’INSEEC Bordeaux qui revendique des valeurs identiques aux miennes.


Annabelle DEMOUGEOT intègre ESC Dijon en 2015

Petit avertissement : la classe préparatoire est une voie exigeante qui demande pas mal de travail de notre part comme les profs vous le diront et le RE-diront (colles, cours, devoirs surveillés sans oublier les révisions diverses et variées !).
Pour ma part je passais beaucoup de temps à revoir mes cours et il m’arrivait souvent d’ouvrir mes anciens cahiers du lycée (à ne pas jeter bien sûr). Les colles sont aussi très utiles pour revenir sur certains points du cours ou même approfondir.
Enfin au lycée Roosevelt, nous avons la chance de pouvoir compter sur nos professeurs : ils sont très accessibles et toujours partant pour nous aider. Sachez que c’est difficile mais faisable aussi.


Sim Som Sack VILAYLAK intègre Audencia Nantes en 2015

Avant d’entrer en prépa, j’avais ce préjugé disant qu’il y aurait beaucoup de travail et un minimum de soutien scolaire comparé à la fac…
Que nenni, il n'y aura beaucoup de travail que si vous le voulez, il y aura du soutien uniquement si vous le demandez. Chacun fait ce qu’il veut de sa prépa. Il y a une école de commerce pour tous, et c’est avec un travail continu et rigoureux que l’on s’ouvre les portes d’une meilleure école.
Mais vous ne serez pas seul dans cette aventure, l’équipe pédagogique du lycée Roosevelt saura vous soutenir dans vos révisions et l’APHEC Roosevelt saura vous aider à décompresser.


Marie-Clémence MOUSNIER intègre NEOMA Business School Reims en 2015

La classe préparatoire a été pour moi un véritable tremplin, tant pour ma vie personnelle que professionnelle. Cette formation élitiste est sans doute la voie royale pour nous ouvrir les portes de grandes écoles de commerce et, ainsi de formidables carrières professionnelles.
L’environnement de travail et l’implication de tout le corps professoral pousse au dépassement de soi et à l’atteinte d’objectifs très élevés.
Je recommande à tous cette formation, car bien plus qu’une simple voie vers l’excellence, c’est aussi l’opportunité de faire de superbes rencontres permettant d’élargir notre réseau en plus d’améliorer au mieux ses capacités.


Alexis NOROY intègre Grenoble EM en 2014

La classe préparatoire n’est pas ce qu’on décrit dans les médias. Elle constitue certes un grand défi mais il est à notre portée. C'est la voie idéale pour aller en école de commerce car on y acquiert les capacités de travail nécessaires et, en ECT, on explore déjà des matières comme le management ou la comptabilité.
J’ai retiré beaucoup de mes deux années de classe prépa : des heures de travail, encore du travail, mais surtout le sentiment gratifiant de réussir. Voir qu’on a compris est toujours agréable ! De plus, les professeurs sont vraiment là pour nous. Si un point n’est pas clair, ils peuvent aménager du temps pour nous le réexpliquer. Il y a aussi énormément de ressources pédagogiques au lycée, qui se révèlent très utiles, en langues notamment.
Et puis la vie étudiante existe : il y a un week-end d'intégration et des soirées durant l’année. La classe préparatoire n’est pas facile, mais elle permet de vivre de bons moments, comme le disent tous ceux qui en sont sortis.


Martial DARET intègre Télécom EM (Evry) en 2014

Après avoir obtenu mon bac STG, j'ai décidé de faire une prépa ECT. J'ai choisi cette filière non seulement pour les débouchés qu'elle offre mais aussi par défi personnel, car elle donne accès à de hautes fonctions.
Certes, le travail à fournir est assez important mais cela vaut vraiment le coup ! Ce sont des années qui, tant au niveau des études qu'au niveau personnel, m’ont permis de progresser et de me retrouver aujourd'hui à Télécom Ecole de Management.
La prépa m'a permis d'acquérir les méthodes de travail nécessaires en grande école de commerce et de découvrir une partie du programme, ce qui est un avantage par rapport à d'autres voies. Ayant le projet de me spécialiser en finance de marché, je me dis que tout est possible après une prépa. Alors pourquoi ne pas tenter vous aussi cette aventure ?


Houshounah BACARI intègre Neoma Business School Reims en 2014

Après avoir obtenu mon baccalauréat, je me suis orientée vers la prépa ECT car je ne souhaitais pas me spécialiser trop tôt. Ces deux années de prépa ont été pour moi une formidable expérience.
Certes, on a une charge de travail assez conséquente, mais les professeurs sont toujours prêts à nous venir en aide lorsqu'on les sollicite et le système des khôlles facilite l'apprentissage.
Au terme de ces deux années, j'ai intégré Néoma Business School et je confirme ainsi que la voie technologique prépare aussi bien aux études longues que les autres.
Je pense que la prépa ECT est une réelle opportunité pour un grand nombre d'élèves de STMG et qu'ils ne devraient pas y renoncer seulement à cause de la charge de travail, car les efforts fournis pendant ces deux ans leur ouvriront de nombreuses portes.


Antoine BOUQUANT intégre Toulouse Business School en 2014

Aller en prépa après un bac technologique peut paraître étrange mais c'est une réelle opportunité pour les élèves de faire valoir leurs qualités.
Cela a été mon cas : la prépa m'a permis de consolider mes connaissances, d'apprendre des choses qui me serviront à vie et d'intégrer une école supérieure de commerce.
Bien que ce cursus demande du travail, il ne ressemble en rien à un enfer où la vie sociale n'a pas sa place ! De plus, la prépa ECT n'est composée que d'élèves provenant de STMG ; tout le monde est donc au même niveau et l'équipe pédagogique est à votre entière disposition.
Je garde de très bons souvenirs de ces deux années et suis fier de ce parcours. Alors, pourquoi pas vous ?


Kaoutar GUENGANI intègre SKEMA Nice en 2014

En 2010 j’ai intégré le lycée Godart Roger à Epernay. Ayant un goût prononcé pour les calculs, rigueur et pour l’analyse de données j’ai décidé de m’orienter vers une 1ère STG option Gestion. J’ai obtenu mon bac STG GESTION avec mention bien.
Ne sachant pas précisément vers quoi m’orienter je me suis dirigée vers une classe préparatoire technologique pour, d’une part réfléchir sur mon orientation, et d’autre part, pour acquérir de solides compétences en matière d’analyse, d’esprit de synthèse et d’organisation.
Ces deux années ont été très denses, tant par le rythme que par le contenu pédagogique, mais les professeurs ont su nous motiver au quotidien et nous écouter. A l’issu des examens, j’ai choisi d’intégrer Skema Business School, pour son positionnement stratégique à l’international, pour la qualité de son programme, et pour la vie associative très développée.
A la sortie de l’école, je souhaiterai être doublé diplômé d’un Master comptabilité contrôle Audit, afin de d’exercer le métier de Contrôleur de gestion dans un groupe International.
Aujourd'hui je ne regrette pas d'avoir passé par une «PECT», une étape déterminante dans mon cursus et dont les effets positifs se font déjà ressentir.


Camille SIMON intègre Grenoble École de Management (GEM) en 2013.

Après avoir obtenu mon Bac STG, j’ai été admise en prépa ECT au lycée Roosevelt de Reims. La prépa représente deux années de travail mais aussi de découvertes, elle permet de passer les concours des Grandes Écoles de commerce.
Ma réussite à de nombreux concours fut pour moi une réelle surprise. Je devais donc entreprendre mon tour de France (passer les oraux) dans les écoles qui me plaisaient le plus : Telecom, Neoma, Skema, GEM, Audencia... Mon choix se porta finalement sur GEM, 6ème école au classement national et 12ème au Financial Times.
L’école de commerce représente quand même un changement par rapport à la prépa surtout avec une vie associative très développée. Mais le plus grand changement vient des paysages car, venant de Picardie, je ne voyais pas les montagnes tous les matins ! J’ai choisi de suivre le parcours Management classique pour ensuite pouvoir me spécialiser.
Aujourd’hui, bien dans mon école, je ne regrette pas d’avoir misé sur la prépa ECT !


Jessica RENAUDIE intègre EM Strasbourg en 2013.

J’ai obtenu mon bac STG sans mention, et intégrer une classe préparatoire ECT me paraissait difficile. Les professeurs du lycée Roosevelt ont ressenti ma motivation et m’ont donné ma chance. Cela m’a demandé beaucoup de travail, mais la qualité du niveau d’enseignement, l’aide et le soutien permanent des professeurs m’ont amenée à intégrer l’EM Strasbourg.
J’ai apprécié le fait de pouvoir approfondir ma culture générale et parallèlement continuer à travailler les matières que j’aime comme le management ou encore le droit. Ces années m’ont servi tant pour la réussite aux concours que pour mon enrichissement personnel, car on en apprend grandement en à peine deux ans et dans tous les domaines. Si la motivation est là, il faut se lancer dans cette aventure, les débuts seront peut-être difficiles mais le résultat sera présent. Aujourd’hui je vis une autre belle aventure à l’EM STRASBOURG mais la prépa, mes camarades et mes professeurs me manquent déjà !


Baptiste QUENARDEL intègre Audencia Nantes en 2013.

Ces deux années resteront gravées à vie dans ma mémoire. La charge de travail, c’est vrai, y est importante, mais détrompez-vous : ce n’est pas le parcours du combattant où loisirs et vie sociale s’arrêtent, comme il se dit souvent.
La cohésion de groupe est intense en PECT, et l’esprit de compétition entre élèves n’existe pas. Je suis très content d’avoir choisi cette filière, pour la disponibilité des professeurs et les cours très intéressants.
J’ai personnellement décidé de tout donner en deuxième année, et je suis heureux et fier d’être dans une école comme Audencia, où là encore je constate que la « prépa » n’est pas réservée à l’élite.
La « prépa » est enrichissante et la vie dans les grandes écoles, exceptionnelle. Vous ne le regretterez pas, j’en suis certain !


Ragage Allan - étudiant en PECT 1ère année (Bac au lycée Pierre de Coubertin à Nancy en 2010)

Voici quelques réflexions relatant ma courte expérience en classe prépa ECT au Lycée Roosevelt.
La classe prépa offre un mode de réflexion totalement différent de celui qu'on connaissait au lycée qui est réellement intéressant, malgré une quantité de travail supérieure -que ce soit au lycée ou chez nous- mais cela n'apparaît pas comme étant une contrainte, sur ce point c'est vraiment différent du lycée.
Ce qu'on apprend en classe prépa est vraiment enthousiasmant, et ça c'est cool !


Kevin Ta - étudiant en PECT (Bac au lycée Chrestien de Troyes en 2009)

Faire une prépa c'est s'assurer une bonne école de commerce ! Soyez en sûr et certains ! On nous forme en classe prépa ECT à intégrer une grande école de commerce.
On aura presque tout ce qu'on veut en école de commerce, nous aurons l’impression d’être « les rois et reines de ce monde » (Associations, stages, voyages, fêtes, réseaux, super profs, etc...)
De plus, il y a tellement de choses bénéfiques en Prépa ECT au lycée Roosevelt ; nous avons un week-end d'intégration, un gala avec tous les anciens (Gale de promotion d’honneur), des conférences, des concerts, des sorties au musée, théâtre ou à l’opéra. On a également des parrains des marraines, des filleuls...
Puis, nous avons des partenariats avec RMS (l’école supérieure de commerce de Reims) où il y a des étudiants étrangers qui nous aident en langue, et à la fin de l'année on part à Barcelone, Londres ou Amsterdam etc...
Franchement je ne regrette pas. Les profs sont vraiment des très bons profs, ils sont la pour nous à 100% !!
Ce n'est pas l'image qu'on nous donne partout de la prépa.
Certes il y a quelques heures de cours de plus qu'au lycée, un peu plus de travail mais c'est pas fou non plus, j'ai quand même pas mal de temps libre et le week-end il me reste du temps.
Il faut juste faire ses devoirs quand on t'en donne, écouter en cours et c'est bon !
Voila sincèrement, cela peut paraître dur la prépa, c'est vrai, mais pas aussi difficile que ce qu'on voit dans les reportages.
En prépa vous allez acquérir une certaines méthodes de travail après tout sera plus facile.
Conclusion : La classe Préparatoire, une voie royale d'accès à une école de commerce !


Valentin Ané Ta - étudiant en PECT (Bac au lycée Franklin Roosevelt à Reims en 2009)

Tout d'abord, je n'ai pas intégré la prépa ECT du Lycée Roosevelt juste après la Terminale mais seulement 1 an après car j'ai suivi "par défaut" une année de Fac en 1ère année de Licence Eco-Gestion après mon BAC.
L'idée d'intégrer la classe prépa ne s'est pas faite en quelques minutes car, comme tout le monde, en général le mot "prépa" rime avec grosse charge de travail, rythme très soutenu, loisirs mis en quarantaine etc... Cependant la meilleure façon de se donner une opinion de la prépa est de l'intégrer et à partir de là de nombreux avantages apparaissent, comme par exemple la relation entre profs-étudiants qui est très différente par rapport au cycle précédent (beaucoup plus agréable et conviviale), l'ambiance de la classe, un meilleur suivi de notre progression et plus d'attention de la part des profs qui nous donnent la volonté de réussir les 2 années de prépas ...
Cependant, les principales difficultés que j'ai pu rencontrer jusqu'a présent sont le rythme des devoirs et donc une forte sollicitation de nos méthodes d'organisation, des matières qui demandent beaucoup plus de travail que d'autres que ce soit en classe ou en dehors, le fait que l'on ait peu de temps le midi (en général nous n’avons qu’une heure pour manger car nous avons 1h de khôlle, c’est-à-dire d’oral avec un prof)...
Enfin pour donner une petite conclusion sur la prépa, depuis mon intégration je dirais que cela vaut le coup de la tenter car les clichés que l'on donne sur celle-ci ne sont pas valables pour tout, certes le rythme de travail est important mais ce qui peut nous attendre à la sortie de la prépa l'est aussi ...


Maéva Garza - étudiante à L’ESC DIJON (promotion ECT 2010/2012) - (Bac au lycée Godart Roger à Epernay en 2010)

A la suite de ma terminale, je ne savais pas vers quelle branche m'orienter, on m'a parlé de la prépa donc je me suis dit pourquoi pas ? C'est donc sans trop savoir à quoi m'attendre que je me suis lancée dans ce cursus...
Les débuts ont été un peu difficiles mais comme toutes nouvelles choses dans la vie, il faut s'adapter. Et en prépa le rythme est soutenu donc on s'adapte plus ou moins vite...
Pour ma part, ça a été dans l'ensemble, à part quelques siestes… J’étais vraiment fatiguée au début, M. Lecocq peut en témoigner.
Néanmoins après avoir trouvé mes repères, je me suis fixé des objectifs pour me motiver et obtenir une école de commerce qui me correspond.
Je pense que la prépa ECT est un atout en école de commerce car nous avons déjà une base de connaissances sur les matières étudiées en ESC comme le marketing, la comptabilité ou encore l'économie et le droit.
Même si la prépa est synonyme de travail, il n'y a pas que ça, j'y ai fait de belles rencontres et j'ai tout de même réussi à avoir des projets associatifs en dehors du lycée.
Et si vous intégrez la classe préparatoire, ne négligez pas les langues, notamment l'anglais qui a un rôle important en école de commerce!!!!!!
D'ailleurs en classe prépa, il ne faut négliger aucune matière pour réussir les concours !
Je suis actuellement à l'ESC Dijon et commence peu à peu à m'investir dans la vie associative de l'école!
Même si après la prépa on croit que l'ESC va être des vacances... c'est FAUX !
Le mode de travail est certes différent, mais il y en a toujours !!!
L'école de commerce est très différente de la prépa, on a énormément de travaux de groupes donc il faut une bonne organisation.
J'ai intégré l'ESC Dijon car cette école propose une spécialisation lié à l'évènementiel qui m'intéresse beaucoup mais maintenant que je suis à l'ESC beaucoup d'autres programmes m'intéressent... il y a tellement de choix!!!! Pour l'instant l'ESC me plait, il y a beaucoup d'associations et d'évènements intéressants, et désormais je fais du russe !!!!

до свидания (au revoir en russe)

MyLinh CAO - étudiante à L’ESC DIJON (promotion ECT 2010/2012) - (Bac au lycée Roosevelt de Reims 2010)

Pourquoi j'ai choisi la prépa:
Il était clair pour moi que pour avoir une bonne carrière professionnelle un bac +2 ne suffirait pas, surtout au jour d'aujourd'hui. Je me suis orientée vers la PREPA ECT parce que je voulais me préparer au mieux aux concours d'entrée en école de commerce. L'école de commerce me permet de faire des études plus longues mais surtout elle me permet d'avoir du temps avant de choisir un métier ou une spécialité bien déterminée. Grâce au diplôme d'école de commerce, je vais pouvoir m'orienter vers n'importe quel secteur d'activité, je ne serai pas "bloquée" dans un seul secteur comme aprèsun BTS.
Les difficultés rencontrées:
La PREPA est complètement différente d'un cursus en lycée, on a tendance à l'oublier puisqu'elle se situe dans des lycées. Mais en fait on passe d'un statut lycéen à un statut étudiant ! C'est complètement différent puisqu'on est indépendant. C'est à dire qu'on doit prendre nous même les décisions sur notre façon de travailler, ce n'est plus du par cœur comme en gestion ou en communication ! C'est des méthodes de travail complètement différentes, il faut prendre l'habitude de faire des fiches, de faire ses exercices chez soi, d'écouter (plus ^^) en cours, de travailler jusqu'à tard parfois... et bien sur dès le début d'année ! chose que je n'ai pas faite et que je regrette vue la masse de travail que j'ai du fournir juste avant les vrais concours !
Les points positifs de la formation:
elle m'a permis d'avoir de bonnes méthodes de travail, j'ai appris à travailler dur même si mes notes étaient parfois mauvaises, cela voulait juste dire que je faisais des fautes inutiles mais répétitives et avec le temps on s'en rend compte et on ne fait plus la faute !
Certes c'est éprouvant mais ça nous apprend à travailler, à être indépendant et vraiment se connaître soi même dans le sens ou on connaît après la formation quelles sont les méthodes de travail qui nous correspondent le plus et surtout on a connaissance de nos limites.
L’atteinte des objectifs:
Aujourd’hui je suis à l'ESC Dijon, cela faisait 2 ans que je voulais l'intégrer et c'est fait ! HAHA
Actuellement en école:
Je bosse très très dur ! j'ai envie de dire que c'est pire que la prépa... non je rigole c'est autre chose, ça mélange toutes les filières et on apprend encore d'autre manières de travailler. Ce qui me perturbe le plus en ce moment c'est tout les travaux de groupe que nous avons à rendre ! En prépa on n’apprend moins à travailler en groupe, c'est plus individuel, donc ça change mais bon c'est plutôt cool dans l'ensemble! On n’a pas finit d'en apprendre moi je vous le dis!
Par contre on a un avantage avec la prépa c'est qu'on a de meilleures méthodes de travail, et on la motivation de travailler! Même si c'est éprouvant !
Projets futurs:
je n'en ai pas, enfin je sais juste que je vais faire alternance dès la deuxième année car le diplôme + l'expérience.. Il n'y a rien de mieux !
Associatif:
Ayant déjà fait partie d'une association à but humanitaire durant ma prépa, je me suis orientée vers une association plus professionnalisante... La junior entreprise !!! Mais bon vous en entendrez plus parler quand vous serez en plein tour de France au moment de vos oraux d’entretien !
Projets internationaux:
Chaque école à son propre programme, pour Dijon si je fais alternance je ne pourrais partir à l'étranger qu’en 3ème  semestre (début deuxième année) ou en 5ème semestre (début troisième année), je compte partir au 5ème  pour avoir plus de temps pour passer le TOIC hihi (test d’anglais)
Conseil pour les élèves: fixez vous un objectif, allez vers cet objectif et vous allez voir que durant tout le long de la période vous allez rencontrer d'autres chemins et vos objectifs vont changer !
ex: je voulais une école, j'ai été en prépa, je voulais Dijon mais après les oraux j'étais admissible à Montpellier et Strasbourg, donc j'ai misé sur ces deux écoles, or je n'ai pas été prise à Strasbourg et Montpellier m'a vraiment déçue ! Du coup j'ai choisi Dijon !
 Ambiance prépa:
Bonne ambiance, l'avantage avec les T c'est qu'il n'y a pas de concours entre les élèves, on travaille ensemble et ça change les préjugés sur la prépa !
La préparation aux concours fut dure ! Très dure ! Je n'ai pas bossé régulièrement durant les deux ans et deux mois.
Avant les concours, je me suis mise à travailler comme une folle ! J’ai vraiment regretté de ne pas avoir travaillé depuis le début de la première année ! Mais j'ai quand même eu ce que je voulais. J’avais carrément les formules de math sur mon mur de chambre et je les lisais du matin au soir !
aaaaaaah les sortie avec l'APHEC c'est génial surtout le wei !!! (week end d’intégration) et encore en école c'est pire !
Bon sinon faut être motivé et savoir ce que l'on veut avant de s'engager !
Conseil pour les P2:
Haha je sens votre stress jusqu’ici !
Vous allez voir c'est reposant et sympa ^^
Non sérieux, commencez à bosser dès maintenant pour ceux qui n'ont pas commencé, je sais que vous travaillez plus que nous mais continuez sur cette lancée et ne lâchez rien ! Je suis sur que vous êtes capables d'avoir de meilleures écoles que nous !
Je suppose que vous voulez atteindre les meilleures écoles, c'est bien, mais vous allez voir qu'après les oraux vous risquez de changer d'avis sur telle ou telle école. Mon exemple pour Montpellier ! Surtout prenez tout en compte ne regardez pas QUE les classements ça n'a aucune intérêt ! Car chaque école a son propre programme et chacune à ses propres valeurs.
Pour moi l'ESC Troyes est une très bonne école, son avantage et qu'elle rassemble plusieurs filières comme les designers ou autres... C'est un avantage surtout si on a un projet bien précis en tête ! Pour dire la vérité j'ai préféré Troyes à Strasbourg !
D'ailleurs si vous avez un projet bien précis renseignez vous sur quelle école propose votre spécialité !
Moi je voulais l'entreprenariat, c'est un élève de Strasbourg qui m'a dit d'aller à Dijon ... Donc voilà c'est clair qu'aujourd'hui ce que je vous dis n'a pas d'intérêt parce que vous regardez les classements mais vous allez vous en rendre compte durant les oraux !


Samia Guichi - étudiante à L’ESC DIJON (promotion ECT 2010/2012) - (Bac au lycée Paul Verlaine à Rethel en 2010)

Une professeure m’avait parlé de la prépa lorsque j’étais en terminale mercatique. Je me suis renseignée et j’ai découvert que c’était la « voie royale » pour accéder aux métiers du management. Je me suis inscrite et je ne l’ai pas regretté ! Certes, il faut fournir plus de travail qu’au lycée mais avec une bonne organisation et de la rigueur, on s’en sort très vite. Côté ambiance de classe, ce n’est pas la compétition acharnée comme on a tendance à croire. Au contraire il y a beaucoup d’entraide et les professeurs sont vraiment accessibles, et on tisse des liens solides avec ses camarades lors des soirées...
Concernant les concours, j’ai trouvé que ce n’était pas si terrible qu’on le disait, j’ai obtenu des écoles que je ne pensais pas avoir. Et je pense que l’expérience du Tour de France est à vivre : on rencontre des nouvelles personnes, on découvre les écoles et c’est là qu’on se fait vraiment une idée.
Pour ma part, je suis actuellement à l’ESC Dijon et je ne regrette pas ce choix. L’école offre de nombreux parcours ( AEC (Audit Expertise Comptable), associatif, anglophone, germanophone..) et on peut s’investir dans l’association de son choix (Junior Entreprise, MS Développement, Vignobl’Esc ..). L’ESC Dijon est la seule école à rendre obligatoire un sport ou une activité sportive, à proposer la PAC (Pédagogie par l’Action Citoyenne) et des cours d’économie expérimentale (domaine très apprécié par les employeurs). En ce qui me concerne, je souhaite me diriger vers le parcours Audit Expertise Comptable qui prépare à 5 des 7 épreuves du DSCG.
Si j’avais un conseil à donner aux lycéens ce serait : « Tentez la classe préparatoire et investissez-vous  au maximum car vous ne le regretterez pas. »
Et aux préparationnaires : « C’est la dernière année, et c’est maintenant qu’il ne faut rien lâcher ! Ne négligez ni le français, ni les langues car cela peut franchement vous sauver la vie !»


Hugo Le Blais - étudiant à L’ESC DIJON (promotion ECT 2009/2011) - (Bac au lycée Felix Le Dantec à Lannion en 2009)

La classe prépa fait peur, c'est effectivement ce que je pensais quand j'en entendais parler.
Des cadences de travail acharnées, aucune vie sociale, bref deux ans à ne faire que bosser... Vrai faux ?
Je vais y répondre.
Actuellement je suis à l'ESC Dijon après avoir passé les concours de la Banque commune d’épreuve (BCE) qui regroupe une grande partie des écoles de commerce.
En école on est à même de profiter d'emplois du temps permettant des expériences associatives multiples, de pratiquer un sport régulièrement, d'avoir une vie étudiante épanouie, de profiter d'une vie culturelle riche. Mais tout cela est proche et lointain ; proche car choisir la classe prépa, c'est en quelque sorte choisir de faire une école de commerce (qui offre une perspective d'embauche excellente), mais également lointain car il y a deux ans de classe prépa avant de passer le fameux concours.
La classe prépa est-ce dur ?
D'une manière générale oui, mais on peut avoir une vie sociale, on peut pratiquer un sport, c'est même fortement recommandé dans le cadre d'une vie saine, tout est affaire de compromis.
Le résultat que l'on en tirera dépendra de l'investissement qu'on lui accorde.
Avec de l'envie, la classe préparatoire sera un tremplin formidable dans les études supérieures.
Il ne faut pas penser court terme, il ne faut pas se dire que ce sont deux ans difficiles, mais plutôt que les années qui suivront, seront plus faciles.

Ragage Allan - étudiant en PECT 1ère année (Bac au lycée Pierre de Coubertin à Nancy en 2010)

Voici quelques réflexions relatant ma courte expérience en classe prépa ECT au Lycée Roosevelt. La classe prépa offre un mode de réflexion totalement différent de celui qu'on connaissait au lycée qui est réellement intéressant, malgré une quantité de travail supérieure -que ce soit au lycée ou chez nous- mais cela n'apparaît pas comme étant une contrainte, sur ce point c'est vraiment différent du lycée.
Ce qu'on apprend en classe prépa est vraiment enthousiasmant, et ça c'est cool !


Kevin Ta - étudiant en PECT (Bac au lycée Chrestien de Troyes en 2009)

Faire une prépa c'est s'assurer une bonne école de commerce ! Soyez en sûr et certains ! On nous forme en classe prépa ECT à intégrer une grande école de commerce.
On aura presque tout ce qu'on veut en école de commerce, nous aurons l’impression d’être « les rois et reines de ce monde » (Associations, stages, voyages, fêtes, réseaux, super profs, etc...)
De plus, il y a tellement de choses bénéfiques en Prépa ECT au lycée Roosevelt ; nous avons un week-end d'intégration, un gala avec tous les anciens (Gale de promotion d’honneur), des conférences, des concerts, des sorties au musée, théâtre ou à l’opéra. On a également des parrains des marraines, des filleuls...
Puis, nous avons des partenariats avec RMS (l’école supérieure de commerce de Reims) où il y a des étudiants étrangers qui nous aident en langue, et à la fin de l'année on part à Barcelone, Londres ou Amsterdam etc...
Franchement je ne regrette pas. Les profs sont vraiment des très bons profs, ils sont la pour nous à 100% !!
Ce n'est pas l'image qu'on nous donne partout de la prépa.
Certes il y a quelques heures de cours de plus qu'au lycée, un peu plus de travail mais c'est pas fou non plus, j'ai quand même pas mal de temps libre et le week-end il me reste du temps.
Il faut juste faire ses devoirs quand on t'en donne, écouter en cours et c'est bon !
Voila sincèrement, cela peut paraître dur la prépa, c'est vrai, mais pas aussi difficile que ce qu'on voit dans les reportages.
En prépa vous allez acquérir une certaines méthodes de travail après tout sera plus facile.
Conclusion : La classe Préparatoire, une voie royale d'accès à une école de commerce !


Valentin Ané Ta - étudiant en PECT (Bac au lycée Franklin Roosevelt à Reims en 2009)

Tout d'abord, je n'ai pas intégré la prépa ECT du Lycée Roosevelt juste après la Terminale mais seulement 1 an après car j'ai suivi "par défaut" une année de Fac en 1ère année de Licence Eco-Gestion après mon BAC.
L'idée d'intégrer la classe prépa ne s'est pas faite en quelques minutes car, comme tout le monde, en général le mot "prépa" rime avec grosse charge de travail, rythme très soutenu, loisirs mis en quarantaine etc... Cependant la meilleure façon de se donner une opinion de la prépa est de l'intégrer et à partir de là de nombreux avantages apparaissent, comme par exemple la relation entre profs-étudiants qui est très différente par rapport au cycle précédent (beaucoup plus agréable et conviviale), l'ambiance de la classe, un meilleur suivi de notre progression et plus d'attention de la part des profs qui nous donnent la volonté de réussir les 2 années de prépas ...
Cependant, les principales difficultés que j'ai pu rencontrer jusqu'a présent sont le rythme des devoirs et donc une forte sollicitation de nos méthodes d'organisation, des matières qui demandent beaucoup plus de travail que d'autres que ce soit en classe ou en dehors, le fait que l'on ait peu de temps le midi (en général nous n’avons qu’une heure pour manger car nous avons 1h de khôlle, c’est-à-dire d’oral avec un prof)...
Enfin pour donner une petite conclusion sur la prépa, depuis mon intégration je dirais que cela vaut le coup de la tenter car les clichés que l'on donne sur celle-ci ne sont pas valables pour tout, certes le rythme de travail est important mais ce qui peut nous attendre à la sortie de la prépa l'est aussi ...


Maéva Garza - étudiante à L’ESC DIJON (promotion ECT 2010/2012) - (Bac au lycée Godart Roger à Epernay en 2010)

A la suite de ma terminale, je ne savais pas vers quelle branche m'orienter, on m'a parlé de la prépa donc je me suis dit pourquoi pas ? C'est donc sans trop savoir à quoi m'attendre que je me suis lancée dans ce cursus...
Les débuts ont été un peu difficiles mais comme toutes nouvelles choses dans la vie, il faut s'adapter. Et en prépa le rythme est soutenu donc on s'adapte plus ou moins vite...
Pour ma part, ça a été dans l'ensemble, à part quelques siestes… J’étais vraiment fatiguée au début, M. Lecocq peut en témoigner.
Néanmoins après avoir trouvé mes repères, je me suis fixé des objectifs pour me motiver et obtenir une école de commerce qui me correspond.
Je pense que la prépa ECT est un atout en école de commerce car nous avons déjà une base de connaissances sur les matières étudiées en ESC comme le marketing, la comptabilité ou encore l'économie et le droit.
Même si la prépa est synonyme de travail, il n'y a pas que ça, j'y ai fait de belles rencontres et j'ai tout de même réussi à avoir des projets associatifs en dehors du lycée.
Et si vous intégrez la classe préparatoire, ne négligez pas les langues, notamment l'anglais qui a un rôle important en école de commerce!!!!!!
D'ailleurs en classe prépa, il ne faut négliger aucune matière pour réussir les concours !
Je suis actuellement à l'ESC Dijon et commence peu à peu à m'investir dans la vie associative de l'école!
Même si après la prépa on croit que l'ESC va être des vacances... c'est FAUX !
Le mode de travail est certes différent, mais il y en a toujours !!!
L'école de commerce est très différente de la prépa, on a énormément de travaux de groupes donc il faut une bonne organisation.
J'ai intégré l'ESC Dijon car cette école propose une spécialisation lié à l'évènementiel qui m'intéresse beaucoup mais maintenant que je suis à l'ESC beaucoup d'autres programmes m'intéressent... il y a tellement de choix!!!! Pour l'instant l'ESC me plait, il y a beaucoup d'associations et d'évènements intéressants, et désormais je fais du russe !!!!

до свидания (au revoir en russe)

MyLinh CAO - étudiante à L’ESC DIJON (promotion ECT 2010/2012) - (Bac au lycée Roosevelt de Reims 2010)

Pourquoi j'ai choisi la prépa:
Il était clair pour moi que pour avoir une bonne carrière professionnelle un bac +2 ne suffirait pas, surtout au jour d'aujourd'hui. Je me suis orientée vers la PREPA ECT parce que je voulais me préparer au mieux aux concours d'entrée en école de commerce. L'école de commerce me permet de faire des études plus longues mais surtout elle me permet d'avoir du temps avant de choisir un métier ou une spécialité bien déterminée. Grâce au diplôme d'école de commerce, je vais pouvoir m'orienter vers n'importe quel secteur d'activité, je ne serai pas "bloquée" dans un seul secteur comme aprèsun BTS.
Les difficultés rencontrées:
La PREPA est complètement différente d'un cursus en lycée, on a tendance à l'oublier puisqu'elle se situe dans des lycées. Mais en fait on passe d'un statut lycéen à un statut étudiant ! C'est complètement différent puisqu'on est indépendant. C'est à dire qu'on doit prendre nous même les décisions sur notre façon de travailler, ce n'est plus du par cœur comme en gestion ou en communication ! C'est des méthodes de travail complètement différentes, il faut prendre l'habitude de faire des fiches, de faire ses exercices chez soi, d'écouter (plus ^^) en cours, de travailler jusqu'à tard parfois... et bien sur dès le début d'année ! chose que je n'ai pas faite et que je regrette vue la masse de travail que j'ai du fournir juste avant les vrais concours !
Les points positifs de la formation:
elle m'a permis d'avoir de bonnes méthodes de travail, j'ai appris à travailler dur même si mes notes étaient parfois mauvaises, cela voulait juste dire que je faisais des fautes inutiles mais répétitives et avec le temps on s'en rend compte et on ne fait plus la faute !
Certes c'est éprouvant mais ça nous apprend à travailler, à être indépendant et vraiment se connaître soi même dans le sens ou on connaît après la formation quelles sont les méthodes de travail qui nous correspondent le plus et surtout on a connaissance de nos limites.
L’atteinte des objectifs:
Aujourd’hui je suis à l'ESC Dijon, cela faisait 2 ans que je voulais l'intégrer et c'est fait ! HAHA
Actuellement en école:
Je bosse très très dur ! j'ai envie de dire que c'est pire que la prépa... non je rigole c'est autre chose, ça mélange toutes les filières et on apprend encore d'autre manières de travailler. Ce qui me perturbe le plus en ce moment c'est tout les travaux de groupe que nous avons à rendre ! En prépa on n’apprend moins à travailler en groupe, c'est plus individuel, donc ça change mais bon c'est plutôt cool dans l'ensemble! On n’a pas finit d'en apprendre moi je vous le dis!
Par contre on a un avantage avec la prépa c'est qu'on a de meilleures méthodes de travail, et on la motivation de travailler! Même si c'est éprouvant !
Projets futurs:
je n'en ai pas, enfin je sais juste que je vais faire alternance dès la deuxième année car le diplôme + l'expérience.. Il n'y a rien de mieux !
Associatif:
Ayant déjà fait partie d'une association à but humanitaire durant ma prépa, je me suis orientée vers une association plus professionnalisante... La junior entreprise !!! Mais bon vous en entendrez plus parler quand vous serez en plein tour de France au moment de vos oraux d’entretien !
Projets internationaux:
Chaque école à son propre programme, pour Dijon si je fais alternance je ne pourrais partir à l'étranger qu’en 3ème  semestre (début deuxième année) ou en 5ème semestre (début troisième année), je compte partir au 5ème  pour avoir plus de temps pour passer le TOIC hihi (test d’anglais)
Conseil pour les élèves: fixez vous un objectif, allez vers cet objectif et vous allez voir que durant tout le long de la période vous allez rencontrer d'autres chemins et vos objectifs vont changer !
ex: je voulais une école, j'ai été en prépa, je voulais Dijon mais après les oraux j'étais admissible à Montpellier et Strasbourg, donc j'ai misé sur ces deux écoles, or je n'ai pas été prise à Strasbourg et Montpellier m'a vraiment déçue ! Du coup j'ai choisi Dijon !
 Ambiance prépa:
Bonne ambiance, l'avantage avec les T c'est qu'il n'y a pas de concours entre les élèves, on travaille ensemble et ça change les préjugés sur la prépa !
La préparation aux concours fut dure ! Très dure ! Je n'ai pas bossé régulièrement durant les deux ans et deux mois.
Avant les concours, je me suis mise à travailler comme une folle ! J’ai vraiment regretté de ne pas avoir travaillé depuis le début de la première année ! Mais j'ai quand même eu ce que je voulais. J’avais carrément les formules de math sur mon mur de chambre et je les lisais du matin au soir !
aaaaaaah les sortie avec l'APHEC c'est génial surtout le wei !!! (week end d’intégration) et encore en école c'est pire !
Bon sinon faut être motivé et savoir ce que l'on veut avant de s'engager !
Conseil pour les P2:
Haha je sens votre stress jusqu’ici !
Vous allez voir c'est reposant et sympa ^^
Non sérieux, commencez à bosser dès maintenant pour ceux qui n'ont pas commencé, je sais que vous travaillez plus que nous mais continuez sur cette lancée et ne lâchez rien ! Je suis sur que vous êtes capables d'avoir de meilleures écoles que nous !
Je suppose que vous voulez atteindre les meilleures écoles, c'est bien, mais vous allez voir qu'après les oraux vous risquez de changer d'avis sur telle ou telle école. Mon exemple pour Montpellier ! Surtout prenez tout en compte ne regardez pas QUE les classements ça n'a aucune intérêt ! Car chaque école a son propre programme et chacune à ses propres valeurs.
Pour moi l'ESC Troyes est une très bonne école, son avantage et qu'elle rassemble plusieurs filières comme les designers ou autres... C'est un avantage surtout si on a un projet bien précis en tête ! Pour dire la vérité j'ai préféré Troyes à Strasbourg !
D'ailleurs si vous avez un projet bien précis renseignez vous sur quelle école propose votre spécialité !
Moi je voulais l'entreprenariat, c'est un élève de Strasbourg qui m'a dit d'aller à Dijon ... Donc voilà c'est clair qu'aujourd'hui ce que je vous dis n'a pas d'intérêt parce que vous regardez les classements mais vous allez vous en rendre compte durant les oraux !


Samia Guichi - étudiante à L’ESC DIJON (promotion ECT 2010/2012) - (Bac au lycée Paul Verlaine à Rethel en 2010)

Une professeure m’avait parlé de la prépa lorsque j’étais en terminale mercatique. Je me suis renseignée et j’ai découvert que c’était la « voie royale » pour accéder aux métiers du management. Je me suis inscrite et je ne l’ai pas regretté ! Certes, il faut fournir plus de travail qu’au lycée mais avec une bonne organisation et de la rigueur, on s’en sort très vite. Côté ambiance de classe, ce n’est pas la compétition acharnée comme on a tendance à croire. Au contraire il y a beaucoup d’entraide et les professeurs sont vraiment accessibles, et on tisse des liens solides avec ses camarades lors des soirées...
Concernant les concours, j’ai trouvé que ce n’était pas si terrible qu’on le disait, j’ai obtenu des écoles que je ne pensais pas avoir. Et je pense que l’expérience du Tour de France est à vivre : on rencontre des nouvelles personnes, on découvre les écoles et c’est là qu’on se fait vraiment une idée.
Pour ma part, je suis actuellement à l’ESC Dijon et je ne regrette pas ce choix. L’école offre de nombreux parcours ( AEC (Audit Expertise Comptable), associatif, anglophone, germanophone..) et on peut s’investir dans l’association de son choix (Junior Entreprise, MS Développement, Vignobl’Esc ..). L’ESC Dijon est la seule école à rendre obligatoire un sport ou une activité sportive, à proposer la PAC (Pédagogie par l’Action Citoyenne) et des cours d’économie expérimentale (domaine très apprécié par les employeurs). En ce qui me concerne, je souhaite me diriger vers le parcours Audit Expertise Comptable qui prépare à 5 des 7 épreuves du DSCG.
Si j’avais un conseil à donner aux lycéens ce serait : « Tentez la classe préparatoire et investissez-vous  au maximum car vous ne le regretterez pas. »
Et aux préparationnaires : « C’est la dernière année, et c’est maintenant qu’il ne faut rien lâcher ! Ne négligez ni le français, ni les langues car cela peut franchement vous sauver la vie !»


Hugo Le Blais - étudiant à L’ESC DIJON (promotion ECT 2009/2011) - (Bac au lycée Felix Le Dantec à Lannion en 2009)

La classe prépa fait peur, c'est effectivement ce que je pensais quand j'en entendais parler.
Des cadences de travail acharnées, aucune vie sociale, bref deux ans à ne faire que bosser... Vrai faux ?
Je vais y répondre.
Actuellement je suis à l'ESC Dijon après avoir passé les concours de la Banque commune d’épreuve (BCE) qui regroupe une grande partie des écoles de commerce.
En école on est à même de profiter d'emplois du temps permettant des expériences associatives multiples, de pratiquer un sport régulièrement, d'avoir une vie étudiante épanouie, de profiter d'une vie culturelle riche. Mais tout cela est proche et lointain ; proche car choisir la classe prépa, c'est en quelque sorte choisir de faire une école de commerce (qui offre une perspective d'embauche excellente), mais également lointain car il y a deux ans de classe prépa avant de passer le fameux concours.
La classe prépa est-ce dur ?
D'une manière générale oui, mais on peut avoir une vie sociale, on peut pratiquer un sport, c'est même fortement recommandé dans le cadre d'une vie saine, tout est affaire de compromis.
Le résultat que l'on en tirera dépendra de l'investissement qu'on lui accorde.
Avec de l'envie, la classe préparatoire sera un tremplin formidable dans les études supérieures.
Il ne faut pas penser court terme, il ne faut pas se dire que ce sont deux ans difficiles, mais plutôt que les années qui suivront, seront plus faciles.


Yvan Malnuit – étudiant à L’ ISC Paris en 2011 (promotion ECT 2009/2011) - (Bac au lycée Marie de Champagne à Troyes en 2009)

Message à destination des STMG !
Seulement 0,5% des STMG osent aller en classe prépa ECT... Ce taux est très faible à mon goût.
Certes la classe prépa demande beaucoup de travail mais c'est une filière prévue pour les bacheliers STMG, donc pas de panique !
Le corps professoral est habitué à travailler avec vous, il a le plus souvent enseigné dans ces classes.
Il faut être ambitieux dans la vie. Oui c'est sur, vous pouvez tous faire un BTS ou un DUT mais les meilleurs d'entres vous passeront à côté d'une formation de meilleure notoriété et ils vont passer à côté d'un enseignement riche et de qualité.
Par contre le fait de s'engager dans une classe prépa entraîne la poursuite d'étude après, et dès lors, on rentre dans un système d'études longues. Même si il existe des équivalences entre la classe prépa et l’université, la plupart du temps elle conduit surtout à l’entrée aux écoles de commerce.
Comment se passe la prépa ? Je tiens à préciser que c'est une poursuite logique du programme des STMG.
En effet en Maths nous approfondissons les notions vues pour le bac, en Management c'est un peu plus différent puisque cette matière regroupe les 5 spécialités du bac : le management, la CFE, la mercatique, la GRH et la GSI. Comme vous le voyez cette matière est la majeure de la filière Prépa.>
Puis on retrouve aussi de l'économie droit, avec des approches plus concrètes...
Bien sur il y a aussi les matières communes aux autres prépa HEC comme le français, la philosophie et les langues.
Des le début de l'année vous serez préparés aux concours des grandes écoles, en prépa on ne perd pas une minute ! Si vous n'avez pas assez de travail en prépa commencez à travailler le TOEIC (test d'anglais que vous passerez en école)
L'avantage de la prépa ECT c'est qu'il y a beaucoup d'heure de cours et aussi beaucoup d'heure de khôlles (entretiens oraux avec un professeur) ce qui nous permet d'être constamment en train de réviser des notions plus ou moins lointaines.
La prépa ECT est vraiment adaptée au bachelier STMG, tant sur les matières que sur l'organisation du travail.
En effet si vous avez tant d'heure de cours et khôlles c'est qu'il y a une raison, on sait tous que les élèves en STMG travaillent moins le soir personnellement que les bac S par exemple et c'est pour ça :

plus de cours = moins de travail le soir

(attention je ne dis pas qu'il y en a pas! Je dis qu'il y en a moins!!!)
Je ne vous parle pas des concours car je pense que vous aurez tout le temps nécessaire pour y penser....
Concernant les écoles de commerce : plus de 35 écoles s'offrent à vous!!
Profitez-en, elles offrent toutes quelques choses de différent soit dans les matières enseignées, soit dans le type d'enseignement (amphi, TD, classe...) soit aussi dans la durée des stages, les échanges internationaux, les doubles diplômes...
Pour ma part je suis à L'ISC Paris et j'ai choisi la filière d'excellence de l'école : Expertise, Audit et Contrôle.
Grâce à cette filière je bénéficie de 5 équivalences sur 7 aux examens du DSCG. (filière expertise comptable et commissariat aux comptes) Mes semaines sont composées d'environ 27h de cours auxquelles s'ajoutent près de 3h par jour de travail personnel.
Dans ma classe je me retrouve avec des étudiant ayant fait des prépa ECS, ECE, ECT et aussi des DUT. C'est amusant de voir leurs méthodes de travail si différentes des nôtres en prépa.
Déjà en matière d'organisation du travail, lors des TD on est regroupés en groupe de 4 ou 5 élèves et je me retrouve quelques fois avec les DUT qui n'ont pas toute l'approche théorique nécessaire à la réflexion d'un problème de management par exemple.
C'est là que se trouve notre valeur ajoutée ! Nous avons la théorie, et la pratique.
L'avantage qu'ils ont, c'est qu'ils ont une plus grande connaissance du fonctionnement de l'entreprise grâce à leurs stages.
Les professeurs des écoles de commerce aiment travailler avec nous (ex prépa) car on a des connaissances, et on aime débattre sur des sujets d'actualité.
Par exemple, c'est assez amusant de parler des emprunts obligataires d’État avec le directeur financier du Crédit Agricole, non???


Marine Juy - étudiante à Sup De Pub Paris – Groupe INSEEC (Promotion ECT 2009/2011) (Bac au lycée Roosevelt en 2009)
Actuellement attachée de presse chez Univers presse & conseil Et Directrice / Rédactrice chez Bobo-M

Voici ce que je dirai de mon expérience au sein de la prépa et bien sûr l'après prépa !
La prépa est une expérience qui apporte beaucoup; aussi bien au niveau des savoirs que de l'expérience humaine en elle-même. J'y ai appris un tas de choses qui me sont utiles aujourd’hui, surtout en ce qui concerne la culture générale, le management et la communication. Je suis arrivée en prépa après un an de fac de droit. Je me suis réorientée ici car c'était le moyen d'apprendre énormément de choses et de voir beaucoup de portes s'ouvrir pour la suite.
Même si les 2 années n'ont pas été toujours faciles, je pense qu'il faut s'accrocher et ne pas abandonner quand on se met à douter ou quand les résultats ne sont pas ceux qu'on espérait.
Moi qui hésitais encore entre le commerce et la communication, j'ai pu me rendre compte que finalement c'était vers la communication que je voulais me diriger.
Mais je ne regrette en aucun cas d'avoir fait une prépa ECT bien au contraire, car mon niveau est bien supérieur intellectuellement que ceux qui ont fait autre chose. ( je ne dénigre pas du tout les BTS, DUT ou autre ) mais c'est juste qu'en prépa nous avons un enseignement intensif qui nous permet d'accumuler un tas de connaissances. L'expérience humaine est aussi très forte je pense, car malgré la compétition qui est belle et bien présente au sein de ce cursus, on crée des liens forts.
Je suis ressortie plus forte dans le sens ou j'ai su accumuler les échecs (mauvaises notes ) et rebondir, m'accrocher et me forcer à aller toujours plus loin et voir surtout que j'en étais capable.
Pour ce qui est de mon école aujourd’hui. J'ai intégré Sup De Pub paris directement en 3eme année grâce à l'obtention de mes ECTS. (Crédits européens validant 2 années d’étude supérieure en classe prépa)
Nous étudions tout ce qui touche à la communication, nous faisons aussi bien de la stratégie que de la création. Cela nous permet de voir ce qui est le mieux fait pour nous.
Je compte me diriger en master de directrice artistique ou de création digitale. (l’intégration du premier master ce fait par un entretien avec des pro + une présentation de notre book créa où il y a des fausses pubs, des slogans et des travaux perso... )
Je suis actuellement en stage dans une agence pour 4 mois.
Pour ce qui est de mes projets personnels, j'ai donc commencé mon book créa depuis septembre. J'ai en plus lancé un blog mode, bons plans, nouvelles tendances et bien sur des choses concernant la pub ou j'y poste des articles tous les jours afin que les personnes n'ayant pas le temps de chercher des infos les trouvent ici. Cela me prend énormément de temps, mais va (je l'espère) me permettre de me faire un nom et d'entreprendre d'autres projets par la suite.
Je suis par ailleurs, entrain de monter ma marque de t-shirt ; le projet est encore sous forme de concept, car comme vous l'imaginez bien cela prend aussi beaucoup de temps si on veut faire quelque chose de vraiment chouette. Et puis il faut aussi trouver des personnes qui vous suivent et qui sont prêtes à financer une partie de votre projet. (C'est vraiment important d'avoir des projets perso quand nous sommes dans la communication et plus particulièrement quand nous voulons être de futurs créatifs.)
Les liens au sein de l'école sont très forts, nous sommes vraiment une vraie famille . dans notre promo (120 personnes ) , il n y a aucun conflit, tous le monde s'entend très bien et on s'entraide beaucoup.
Les profs sont géniaux, l'ambiance y est très bonne et nous sommes soutenus tout au long de notre année.


GAILLOT Ilias, étudiant à l'ISC Paris School of Management
Spécialisation : Expertise, Audit et Contrôle (EAC)
Major de la promotion ECT 2009/2011(Bac au lycée Eiffel de Gagny)

Bien le bonjour, futur ou actuel préparationnaire !
Vous devez vous demander mais pourquoi me jetterai-je ou me suis-je jeté dans la classe prépa alors que ce n’est fait que pour les fous ! Eh bien je pense être capable de répondre à vos questions. En effet, je viens moi-même d’un département très difficile : « le neuf trois » comme le dit si bien Monsieur Leroux.
En effet, j’étais effrayé à l’idée de me lancer dans la prépa en raison de tous les commentaires que l’on peut trouver sur internet en particulier. Mais heureusement, je vous écris pour vous dire que je ne regrette pas mon choix !
J’ai développé des méthodes de travail, des façons de pensée, de parler, de rédiger que d’autres étudiants n’ont ou n’auront pas la chance d’avoir. J’ai dû faire des fiches dès le début dans la plupart des matières pour pouvoir apprendre l’essentiel car retenir tout m’était impossible. J’ai été forcé d’aller au théâtre et à l’opéra, n’y étant point habitué, mais je vous assure que j’y ai pris goût à la fin.
Tout cela fait que j’ai vraiment changé et les personnes de mon entourage s’en redent compte. On ne fait pas qu’apprendre des choses inutiles, bien au contraire, tout ce qu’on apprend nous servira et vous
Je regrette sincèrement de ne pas avoir travaillé plus et je m’en rends compte désormais avec Yvan Malnuit, ancien de la Prépa ECT de Roosevelt, également à l'ISC. Travaillez car vous avez une chance que les autres étudiants n’ont pas : des enseignants prêts à vous écouter, à vous instruire, à vous soutenir et à vous mettre de sales notes aussi…
Je ne regrette aucunement mon choix puisque j’ai eu le choix en ce qui me concerne. J’ai été admis à SKEMA, Rennes, Dijon, Montpellier, INSEEC… Mais mon choix s’est tourné vers l’ISC Paris pour effectuer ma spécialisation et être à Paris bien sûr. J’y suis actuellement pour des raisons financières mais aussi parce que c’est la capitale et qu'il y a de grosses perspectives.
J’ai décidé également d’intégrer l’association Défi’Isc afin d’améliorer mon CV via les différents concours qu’elle propose notamment celui où l’on est au commande d’une entreprise virtuelle.
Vous commencerez de nouveaux cours en école et je vous recommande de bien connaître votre cours car cela vous donnera des facilités que les DUT et BTS n’ont pas. Vous aurez un esprit synthétique, vous irez directement là où il faudra aller (sur une question économique par exemple). Certains se mettent à me demander mes cours parce qu’ils les trouvent assez bien résumés (je ne vous mens point !).
Et ne vous inquiétez pas, vous saurez faire le bon choix pour votre école, en effet, je me suis rendu compte que votre choix se fait seulement en allant aux oraux et non avant, car vous n’avez qu’une image faussée des écoles.
Pour ma part, je compte soit m’orienter vers l’expertise-comptable ou vers la finance. On a de très bons enseignants venant d’HEC, ESSEC et l’ESCP donc je ne me fais aucun souci pour mon avenir surtout dans ma filière qui est considérée comme étant d'excellence.
Pour finir, je vous conseille fortement la prépa surtout si vous sentez que vous n’êtes pas à fond en terminale et que vous avez des notes convenables (par exemple, je tournais à 12). C’est ce que vous allez faire en prépa qui va faire la différence et non les professeurs.
Sur ce, je vous souhaite mes meilleurs vœux de réussite dans cette filière, que j’espère vous choisirez, car je vous assure que plus tard, je saurai désormais qui recruter, en tant que futur dirigeant d’une des plus grandes entreprises du monde… :))


INES Amanda étudiante à SUP DE CO AMIENS PICARDIE
(Promotion ECT 2009/2011)
(Bac au lycée F. Et I. Joliot Curie de Romilly sur Seine)

Issue d’un bac technologique option marketing j’ai choisi de continuer mes études et me donner des opportunités plus grandes en choisissant une filière d’excellence et de qualité, j’ai donc fait une classe préparatoire HEC (économique et commerciale) à REIMS, pendant deux ans où j’ai acquis des connaissances techniques en matière d’organisation.
J’aime le travail organisé structuré c’est pourquoi la charge de travail en classe préparatoire ne me faisait pas peur.
Suite aux concours d’avril 2011, j’ai intégré Sup de Co Amiens Picardie.
Dés mon entrée dans cette école, j’ai su directement vers quoi je devais me diriger pour enrichir mon projet professionnel et valoriser mon CV grâce à un investissement personnel.
J’ai choisi la filière classique ou je retrouve les matières technologiques telles que la comptabilité, le marketing, le management, le droit et l’économie. J’ai choisie cette filière car j’envisage l’apprentissage l’année prochaine sur Paris dans le marketing des produits de luxe, ou bien dans le secteur bancaire.
Je fais également parti du Bureau humanitaire en tant que trésorière.
Pourquoi avoir choisi le coté humaniste de l’école?
Me concernant je trouve que ça nous permet de nous découvrir en tant que citoyen responsable et pose une pierre essentielle dans la construction de managers conscients du monde qui nous entoure.
De plus c’est un réel accélérateur de maturité ; nous avons pour projet de fin d’année, la création d’une école en Turquie.
Le choix de trésorière, pourra me donner l’opportunité d’approfondir mes connaissances en comptabilité et analyse des résultats, car je dois dire que j’aime les chiffres.
L’atout majeur de cette école, c’est quelle nous initie dans les comportements professionnels ; par exemple, tous les mardis nous avions à mettre en œuvre une action en environnement réel. Nous formions un groupe de cinq et pour ma part j’ai choisi d’être le chef de projet car je n’avais pas encore eu d’expérience dans le domaine du Leadership. J’ai beaucoup aimé ce poste à responsabilité.
Nous nous sommes dirigés vers la Fnac d’Amiens ou nous étions encadrés par la responsable de communication, ou nous avions pour action la réalisation du marathon photo numérique. En tant que chef de projet j’ai coordonné les relations entre le commanditaire, notre tutrice et l’équipe projet. Je devais rendre à chaque fin de semaine un rapport concernant l’évolution de notre projet. L’équipe s’est montrée volontaire et motivée et cela nous a permis de répondre aux besoins de notre cliente.
L’expérience que j’ai retenue en tant que chef de projet c’est qu’il faut savoir faire preuve de ténacité d’écoute et d’organisation, cette expérience m’a aussi permis de découvrir le monde professionnel son fonctionnement et son organisation.
De plus, nous devions également trouver au minimum deux OP (opportunité professionnelle), pour nous guider dans notre projet professionnel. Je travaille au sein de l’école 4h/semaine, je remplace la documentaliste.
Pourquoi avoir fait le choix de cette OP ? C’est avant tout parce que la médiathèque est un lieu de recherche, de travail, d'investissement personnel de la part de chaque étudiant, je suis donc leur pilier, je les guide dans leurs recherches documentaires. Pouvoir avoir une proximité avec des étudiants, encore une fois les écouter, les orienter. Ma deuxième OP s’est déroulée au sein du groupe AIR LIQUIDE, entreprise spécialisée dans les gaz industriels, où j'ai accompagné à Paris durant toute une journée des professionnels attentifs de la branche d’activité mondiale "métier marchand".
Ce groupe est composé de 4 grands métiers :

  1. Grande industrie
  2. Métier marchand
  3. Santé (hôpitaux, domicile)
  4. Composant électronique

Grande ouverture sur l’international, richesse et diversité des activités, pilotage de la recherche et développement, grande possibilité d’évolution dans le métier : voici les principales caractéristiques de cette entreprise.
J’ai donc assisté à une approche B TO B du marketing ; je souhaiterai cependant au cours du second semestre, voir le coté B TO C en achat ou en consulting.
J’ai aussi prospecté lors de deux FORUM, un sur Reims et l’autre Paris organisé par l’école, toujours dans l’optique de m’investir au sein de l’école. La prospection est très importante et ces journées permettent de mettre en avant notre école. Une école peu reconnue et qui pourtant offre de belle perspective d’avenir aux étudiants. Ces deux forums ont donc été le fruit d’un réel épanouissement auprès d’étudiants à la recherche d’informations.


Ikram Kaddour - étudiante à L’ESC TROYES en 2011
(promotion ECT 2009/2011) (Bac au Lycée Chrestien de Troyes en 2009)

Le choix de la prépa ECT s’est fait naturellement. Contrairement à ce que l’on peut entendre dire, toutes les formations Post-Bac sont ouvertes aux bacheliers STMG. Alors pourquoi ne pas faire une classe préparatoire pour faire exception à la règle ! On t’a souvent parlé de la prépa en te disant : si tu t’aventures dans cette formation, tu vas passer tes journées à travailler. J’ai aussi eu le droit à ça !
Il est vrai que le travail est assez présent mais n’oublie pas que tu te prépares aux concours des grandes écoles de commerce. Alors il faut quand même un peu bosser, tu es sélectionné sur tes capacités académiques avant de pouvoir construire ton projet professionnel en école de commerce. Ça serait dommage de ne pas intégrer la seule école qui propose exactement ce que tu veux faire.
Tu vas donc sûrement rencontrer des difficultés mais « Tout vient à point à qui sait attendre ». J’ai rencontré des difficultés en langue, surtout en anglais. Mais les matières que tu auras ne te changeront pas du Bac : Droit, Économie, Management, Maths, Lettres,... Les lettres font partie des points positifs de la formation. Elles t’apporteront à la fois une ouverture d’esprit et le souci du détail. De nos jours, les détails sont de loin les plus importants. Mais ce que tu ne retrouveras dans (presque) aucune autre formation, c’est la proximité avec tes professeurs. Ils sont présents pour chacun de vous et te transmettront un enseignement de qualité. Je parle en connaissance de cause. Crois-moi !
Aujourd’hui, j’ai intégré l’ESC Troyes. Le choix de mes électifs en deuxième année se portera sur la finance, domaine dans lequel je souhaite justement me spécialiser en troisième année, et pourquoi pas, travailler dans l’Audit en cabinet ou travailler en banque pour gérer les risques financiers des entreprises.
En ce qui concerne le choix du pays où je vais suivre un semestre de cours en université étrangère, il est plus tourné vers le Mexique ou l’Argentine. Des cultures que j’ai hâte de découvrir !
Si je devais te donner un conseil, celui-ci serait de tenir sur le temps. Deviens endurant le temps de deux ans ! Car si tu tiens, tes lacunes disparaissent, ce n’est que du travail à apporter en plus !


Adrien Jannel - a souhaité créer son entreprise directement après la prépa - (promotion ECT 2009/2011) (Bac au Lycée Joseph Fourier à Auxerre en 2009)

Adrien Jannel, 20ans, j’habite en province (Haute-Marne), j’ai décidé de vous écrire quelques lignes sur mon parcours en prépa à Roosevelt. Tout d’abord, je commencerai par remercier les professeurs pour leur travail effectué à nos cotés pendant 2 ans. C’est en quittant la prépa qu’on se rend compte du travail effectué par ces derniers.
De mon coté, j’ai passé de très bons moments en prépa, mais aussi des moments douloureux. En effet, il y a du travail à fournir mais c’est le premier pas dans le monde professionnel, affronter la difficulté. Je regrette une chose, c’est ma faible implication dans les matières linguistiques comme l’anglais. Ne négligez aucune matière, car cela vous portera préjudices dans les années futures. Contrairement à la fac, vous avez un encadrement personnalisé, c’est rare aujourd’hui dans le cursus scolaire. J’ai réussis à gérer une association étudiante ainsi que la prépa, pourtant je suis un élève moyen.
Seul l’envie vous fera réussir, la rage de vaincre. Vous allez rencontrer des échecs, mais c’est lorsque vous les surmonterez que vous allez grandir et murir dans beaucoup de domaines.
Concernant mon parcours aujourd’hui, il n’est pas classique. En effet, à la fin de ma prépa, bien qu'ayant réussi des concours, j’ai décidé de me lancer dans mon projet professionnel et de créer ma société.
Cependant, j’ai du avorter ce projet pour diverses raisons. Pour ceux qui souhaiteraient suivre cette voie, je me permets de leur donner un seul conseil « la meilleure association, c’est un nombre impair inférieur à 2 ».
Pour toutes les personnes qui doutent entre un DUT, une fac, ou autres, si vous avez de l’ambition, tentez la prépa. !
Je sais que la vie étudiante et la prépa ca ne rime pas bien ensemble, mais c’est là qu’on fait la différence avec les autres. Aujourd’hui je poursuis mon chemin en SUISSE en tant que commercial. Je souhaite découvrir différents univers professionnels afin d’acquérir un savoir sur le terrain.
Concernant mes projets associatifs, nous allons organiser une soirée avec des artistes afin de financer notre lycée au Togo. (Voir notre site : www.assolesjeunes.fr.) Si vous souhaitez poser des questions sur le secteur de l’évènementiel ou dans le domaine associatif, je pourrais essayer d’y répondre.
La prépa vous attend, faites le meilleurs choix... Bon courage à vous, futurs élèves de Prépa ECT au Lycée Roosevelt !